• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Le Petit Patrimoine

Envoyer Imprimer

L’église Saint Vincent

Descriptif du site et monument : L'église Saint-Vincent est une église romane du XIIème siècle. Détruite bien des fois, elle a été remaniée à l’époque gothique et au XVIIIe siècle. L’Eglise de Marcillac était le chef-lieu de l’archiprêtré de Blaye, tout comme Gauriac était celui de l’archiprêtré de Bourg.

Le portail, classé Monument Historique depuis 1908, est couronné de quatre voussures décorées d’entrelacs. Une frise composée de griffons qui s’affrontent, orne les chapiteaux des colonnes encadrant l’ouverture.

Quant au clocher, classé Monument Historique depuis 1925, carré, massif et fortifié, il est posé sur une croisée d’ogives sans doute du XIVe siècle. Celle-ci est notamment décorée d’une clef de voûte ornée de 4 têtes d’angelots.

L’église est inscrite dans son intégralité à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis décembre 2004.

Plus d’informations : http://patrimoine-de-france.com/gironde/marcillac/eglise-saint-vincent-2.php

Photos des travaux de mars 2012 :

La croix du cimetière

Elle date du XVe siècle. Elle est dressée devant l’église. Elle a la forme d’une colonne carrée, avec socle et marches. Elle se divise en plusieurs étages, diminuant de diamètre au fur et à mesure qu’ils s’élèvent. Les 12 statuettes qui la décorent sont très finement sculptées. Certaines peuvent être identifiées, d’autres sont trop abîmées.

Les quatre personnages au bas de la colonne sont : Saint Pierre, Saint Jacques le Majeur, Saint Jean et Saint André. Au dessus, on distingue deux « diacres » avec un gril, dont l’un est Saint Vincent, l’autre Saint Laurent. Le troisième personnage est un prêtre portant un calice d’une main, un livre de l’autre. Le quatrième est un évêque mitré et crossé. Quant aux statuettes de l’étage supérieur, si l’on voit qu’il s’agit de femmes martyres, on ne peut qu’identifier que Sainte Catherine d’Alexandrie, à cause de la roue garnie de crochets, instrument de son supplice.

La croix est classée monument historique depuis le 20 décembre 1907.

Le Mémorial de LAMOURETTE

Stèle érigée au lieu-dit “Lamourette” et inaugurée le 3 mars 2001, en présence de Madame Nancy COOPER, Consul des Etats-Unis, en mémoire des 10 membres de l’équipage américain du Bombardier B24 tombé à Marcillac à cet endroit, le 31 décembre 1943.

Le 10 Juillet 2002, une plaque de remerciements a été offerte à la Municipalité par le 446e Groupe des Bombardiers Américains, représenté par Monsieur Bill DAVENPORT, venu spécialement des Etats-Unis.

La mairie

Bâtiment inauguré en 1958.

Au départ, ce bâtiment fut construit pour accueillir un « charron », artisan ou ouvrier qui construit et répare les trains des véhicules à traction animale (charrettes, chariots, etc.), en particulier, les roues de ces véhicules.

L’ancienne Mairie se trouvait alors aux anciennes écoles.



Le monument aux morts

Ce monument, situé à côté de la Mairie, a été édifié en 1920.

L'Agence Postale Communale

Bâtiment communal, il a hébergé les postiers qui s’y sont succédés. C’est, avec l’Ecole, un des derniers services publics de la Commune.

Les anciennes écoles

Ce bâtiment comprenait la Mairie et le groupe scolaire.

En 1874, il y avait une école publique (22 élèves) et une école libre (46 élèves), tenue par les Soeurs de la Présentation. Rénové en 1990, ce bâtiment abrite aujourd’hui une salle communale, la Salle du club, l’atelier « peinture », ainsi que le cabinet médical.

Le presbytère

Superbe demeure du XIXe siècle, sa réhabilitation est à l’étude.

La Salle Culturelle

C’est effectivement l’ancienne salle des fêtes, entièrement réalisée par les membres du Comité des Fêtes en 19..
Elle a été rénovée en 1997 et porte le nom de Salle Culturelle Daniel Lhoumeau, en hommage à l’ancien chef de musique de la fanfare locale.
Cette salle est réservée à certaines manifestations culturelles (expositions, ateliers…) et est utilisée par les associations à vocation culturelle.

L’École Publique

Les bâtiments datent de 1959.
Ils ont été totalement rénovés en 1991 et la toiture consolidée en 2011.

Le Foyer Polyvalent

Construit en 1988, il peut accueillir tout type de manifestation.
Il peut contenir jusqu’à 400 personnes assises.

Derrière, se trouvent les ateliers municipaux, et à l’ouest la Résidence Sauvignon, inaugurée le 1er juillet 2000 (10 logements).


On peut admirer, ici et là dans la commune, des bâtiments et des vestiges très anciens.
En voici un recensement succinct et non exhaustif, mais représentatif de l’activité qui régnait à Marcillac dans des temps quelquefois bien reculés. Un petit circuit de reconnaissance dans la commune s’impose...

Fontaine couverte

Au lieu dit “La Reculée”, près de St Aubin de Blaye, se trouve une fontaine couverte en moellons.
Une plaque porte l’inscription suivante : “LEMMES l’an 1840”.
Cette fontaine a été rénovée par le propriétaire du terrain (Thierry SOULIGNAC).

Ancien Moulin

“Bretagne” est à la limite de Marcillac et de Reignac. Une passerelle a même été construite pour permettre le passage à pied au dessus de la Livenne.

Les murs d’un ancien moulin sont encore debout, enfermés par le lierre.
De l’autre côté de la route, le bief est encore présent.

Les Moulins de Reguignon et Parodier

Ils appartiennent, pour l’un à la famille HUCHET, et pour l’autre à la famille COUTRAS.
Ils ne sont plus en activité.

Joëlle BRARD et les Frères HUCHET ont crée une association « Les moulins de Reguignon » dont François est le Président. Le but est la réhabilitation des moulins et leur visite. Le cite est déjà ouvert au public. Un restaurant y est implanté.

Ancienne minoterie de Parodier

La Croix de Reguignon

Situé au carrefour qui descend au moulin de Reguignon, elle date de 1892.

L’Ancienne Corderie

Cette maisonnette a été réalisée à l’aide de briquettes du pays, fabriquées dans une des nombreuses tuileries de la Commune. Elle se situe entre le moulin de Reguignon et celui de Parodier, au bord de la Départementale.

Cette maison appartenait à un fabricant de cordes. C’est une propriété privée.

Le four à pain de Menanteau

En arrivant à Menanteau, à l’angle d’un carrefour, se trouve un ancien four à pain dont on peut encore très clairement voir la porte.
A côté, se trouvent les vestiges d’un moulin.

La Tuilerie

De nombreuses tuileries fonctionnaient sur la Commune, notamment, aux Horeaux, à Touvent et à Vignolles.
La tuilerie de Monsieur Lafaye se situe au Grand Chemin. C’est la dernière tuilerie en fonctionnement. Elle a arrêté son activité en 1987. Nous remercions Monsieur Lafaye qui nous a aimablement reçus et nous a fait visiter l’ancienne entreprise familiale.

La Borne du Lièvre

Située au Gablezac, sur la route de Montendre-Reignac, la Borne du Lièvre a une histoire que peu de gens connaissent : cela se passait en 1912, lors d’une partie de chasse. Placé à l’intersection de 2 chemins, le dénommé Lapouche, maître charcutier à Montendre, se dissimulait derrière un chêne. Pris d’un fort besoin naturel, il baissa son pantalon et fit ce qu’il avait à faire. C’est à ce moment que surgit un lièvre, poussé par la meute de chiens. Sans pratiquement bouger, il prit son fusil laissé à portée de main et tira. Le lièvre culbuta, le tireur aussi…il venait de tuer le premier lièvre de sa vie. L’événement fut fêté comme il se doit.

La borne porte une inscription qui signifierait “A la mémoire du lièvre tué par un ivrogne. 1912”. C’est Monsieur James Maissiat, petit-fils d’un des participants à la battue, qui en assure l’entretien.

La Croix du Village des Roux

Entièrement faite de pierre, la croix a été récemment rénovée par un habitant du village des Roux.
Elle porte l’inscription : “Au Christ Roi - 2 septembre 1928”.
Sur les côtés sont inscrits le nom des habitants du village, le nom du maire et du prêtre de l’époque.


La Fontaine du Village des Roux

La fontaine du village, entièrement murée, se situe non loin de la Croix du même village. Elle ne porte aucune inscription et pourrait dater du siècle dernier.

Le Puit Ouvert

Au Drouillard des Bois, il existe encore deux anciens puits, dont celui-ci, qui a gardé son caractère ancien.


Les Calvaires

Les calvaires, ou croix, marquaient le retour de mission des missionnaires qui en faisaient alors le compte-rendu.

La Croix du Drouillard des Bois porte une inscription que l’on peut à peine distinguer.

Celle des Roussillons a été édifiée par les habitants de ce même village en 2000, pour le changement de siècle.



Le Lavoir des Ravauds

Il ne restait plus grand-chose de ce magnifique lavoir où les femmes se retrouvaient jadis pour faire leur lessive et discuter ensemble. Il a été restauré en 2010.

La Pelle du Moulin sur la Livenne

Superbe endroit que celui-ci où règne la tranquillité. Au lieu-dit Damet, au milieu des bois, nous pouvons encore voir un bief et la pelle d’un moulin.

La Passerelle de Damet

Toujours à Damet, cette passerelle a été construite il y a fort longtemps, afin de pouvoir accéder à pied au Bourg plus rapidement et faire traverser entre autre les cercueils pour les enterrements.

Le Pigeonnier et le Four à Pain

Cet ancien pigeonnier, qui servait également de four à pain (nous pouvons encore voir la porte du four) a été complètement rénové par son propriétaire. Il est situé au village du Glorit.

Le Lavoir du Glorit

Le lavoir du village est situé à proximité du pigeonnier. Il est plus ou moins entretenu, et les habitants du Glorit se sont proposés pour le maintenir en état. Il est entretenu par les habitants du Glorit qui profitent de cette réserve d’eau pour arroser les jardins ou les vignes alentours.


Les Tourbières

Situées dans le secteur de « La Vergnée », de part et d'autre du ruisseau de « Gablézac », représente une surface d'environ deux hectares.

Ces terrains humides étaient récemment encore des prairies pacagées par les animaux. La déprise agricole a livré ces herbages à la progression exponentielle de la végétation arbustive. Il faut maintenant avoir l'œil exercé pour retrouver les anciens piquets de clôture et ne pas avoir peur de se piquer dans les ronciers et les épines noires. Sous cette invasion luxuriante de la ripisylve (forêt-galerie de bordure de rivière) se cache de véritables trésors faunistiques que sont les tourbières. L'intérêt premier serait de conserver l'accès pédestre à ses endroits sauvages et d'empêcher qu'ils soient étouffés par les plantes invasives : quand un milieu est trop fermé, il devient impropre à la vie des animaux et des plantes originales car il n'y a plus suffisamment de lumière. En peu de temps, les espèces primitives disparaissent.

Le conseil municipal a donc décidé d'étudier la possibilité d'entretenir ces parcelles particulières. Un contact a été pris tout d'abord avec le responsable des espaces Natura 2000 de la communauté des communes, Gauthier Watelle qui est venu visiter le site pendant l'été, accompagné d'un conseiller municipal.

Afin de connaître les possibilités de subvention pour envisager des travaux futurs, le technicien a pris contact avec le Conservatoire régional des espaces naturels (CREN).  Deux responsables biologiste et juriste sont venus découvrir, sous la conduite du même conseiller, le secteur et ont été étonnés de la valeur de nos territoires. Le même jour, ils ont expertisé une zone de 4 hectares contenant une superbe tourbière à proximité du lieu-dit « des Bernards ». Ces parcelles actuellement appartenant à la SAFER ne trouvent pas preneur dans le cadre de la restructuration forestière en raison d'une extrême humidité des sols. Il serait donc intéressant de les réhabiliter avant qu'elles ne disparaissent sous les ronces et les saulaies sauvages.

La commune attend donc maintenant les propositions de cet organisme qui peut aider à monter et financer les dossiers.

Des idées ont commencé à germer : entretien des parcelles par l'Agerad après convention de partenariat, pose de clôture afin de mettre des animaux (ovins et bovins) en semi-liberté pour un nettoyage naturel et raisonné, création de sentiers de découverte du milieu destination du grand public et des scolaires avec panneaux renseignant sur les espèces ,etc .... Toutes les idées novatrices seront les bienvenues.


alt

 

Actualités

Réunion du Conseil Municipal

La prochaine réunion du Conseil Municipal aura lieu mercredi 25 octobre 2017 à 19h à la salle de conseil de la mairie.

Pour connaitre l'ordre du jour, cliquer ici.

Nous rappelons que ces réunions sont publiques.

 

Abonnement Télépéage

Le partenariat mis en place en 2001 entre la CCE, le Conseil Départemental et VINCI Autoroutes pour une prise en charge d’une partie des coûts de circulation entre Saint-Aubin-de-Blaye et Virsac a été renouvelé.

Plus d'info, ici.

 

Services Publics 33